Développement .NET, Internet, Uncategorized Faut-il migrer vers .NET4 ?
Migrer-vers-.net4_-707x500

Faut-il migrer vers .NET4 ?

A première vue, .NET 4 ne présente pas un gap significatif par rapport à .NET 3.5. La plupart des grandes nouveautés technologiques ont déjà été introduites dans .NET 3.0 et 3.5.
Je mentionnerai ici en particulier WCF, WPF, WF pour 3.0, et LINQ ainsi que ADO.NET Entity Framework dans .NET 3.5, quand le petit monde du développement a été étonné par les nouvelles possibilités de manipulation des structures de données depuis un langage orienté objet, et par la facilité de générer une couche d’accès à la base de données.

Mais .NET 4 a apporté de nombreuses améliorations de performances. L’une des plus immédiatemment visibles est la dimension des fichiers d’installation de la plate-forme .NET sur le poste client (.NET Client Profile). Alors que pour exécuter une application écrite sous .NET 3.5, un utilisateur devait télécharger et installer 255 MB, il suffit maintenant d’installer 29 MB pour une application sous .NET 4.

Des extensions introduites dans cette version de .NET offrent un support performant pour le calcul parallèle, en ciblant les systèmes multi-core et les architectures distribuées. Ont été ainsi inclues des technologies telles que PLINQ, une implémentation parallèle du moteur LINQ, et Task Parallel Library, un composant dont les fonctions permettent de gérer le parallélisme beaucoup plus facilement.

Concernant ASP.NET on trouve, entre autres, des améliorations pour le SEO. Du fait qu’une grosse part du trafic d’un site vient des moteurs de recherche, en optimisant l’adéquation d’un site aux recherches des internautes, on draine plus de visiteurs qualifiés amenés par les moteurs. De même, dans ASP.NET Web Forms, ont été ajoutés quelques contrôles utiles pour l’affichage de graphes.

Dans le domaine de l’aide aux développeurs, Visual Studio 2010 qui a été lancé avec .NET 4, offre plusieurs outils améliorant la productivité. Parmi ceux qui me paraissent les plus significatifs, Intelli Trace, simplifie fortement le processus de débuggage. Alors que dans Visual Studio 2008, lors du débuggage, un développeur connaissait le contexte d’un programme à un instant donné et pouvait seulement continuer ou arrêter l’exécution, dans Visual Studio 2010, il peut « remonter le temps » pour analyser les variables et les événements précédant le point de départ du débug.

Tester des projets qui impliquent beaucoup de calcul parallèle est également plus facile, grâce aux outils qui permettent la visualisation des tâches parallèles et des stacks correspondants.
Un point qui peut paraître mineur mais qui se révèle intéressant pour la maintenance : Il est possible de configurer un projet pour cibler une autre version de .NET, c’est-à-dire 2.0, 3.0 , 3.5.

On trouve aussi dans .NET 4 des modèles pour différents types d’applications, par exemple en technologie ASP.NET MVC, ou celles qui intègrent du développement de composants Office ou Sharepoint.

Quoique les améliorations apportées à .NET 4 ne puissent pas être considérées comme révolutionnaires, elles apportent une grande aide dans divers scénarios qui sont justement ceux qui nous font aimer le métier du développement de logiciel. Sans aucun doute, .NET 4 est , pour les nouveaux projets, la technologie à retenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Facebook
Google+
http://blog.beleringenierie.com/2011/04/28/romana-e-cazul-sa-trecem-la-net4/">
Twitter